Procédure d’avortement

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en janvier 2022

Sommaire

 

Depuis la loi Veil de 1975, toute femme rentrant dans les conditions légales peut décider de mettre fin à sa grossesse. Cependant, l'avortement reste très encadré, c'est pourquoi il est important de connaître les conditions et la procédure de l'avortement.

Procédure d'avortement : où s'adresser ?

Après plusieurs lois et réformes, il est aujourd'hui possible de réaliser une IVG dans :

  • un établissement de santé public ou privé, quelle que soit la méthode ;
  • un cabinet médical en ville, un centre de planification ou un centre de santé, pour la méthode médicamenteuse.

C'est la loi de juillet 2001 (appliquée depuis 2004 ) qui a rendu possible la réalisation d'IVG médicamenteuses « en ville » par un gynécologue ou un médecin généraliste conventionné :

  • La convention doit être rédigée et établie pour une durée d'un an reconduite tacitement à la date anniversaire.
  • Elle a une valeur réglementaire et ne peut pas être modifiée.
  • Elle peut être dénoncée à tout moment par l'une ou l'autre des parties.

Pour obtenir cette convention, le médecin « de ville », doit justifier d'une expérience professionnelle adaptée par qualification universitaire en gynécologie médicale ou obstétrique, ou par pratique de l'IVG médicamenteuse en établissement de santé.

Les consultations préalables à l'avortement

Quel que soit le lieu choisi pour la pratique de l'avortement, la procédure peut être longue car plusieurs entretiens préalables sont nécessaires :

  • Une première consultation permet de réaliser l'examen clinique qui déterminera l'avancée de la grossesse et ainsi la méthode d'IVG la plus adaptée :
    • Lors de cette consultation le médecin informe la patiente sur les différentes méthodes d'avortement, et lui remet éventuellement un certificat de consultation.
    • Une prise de sang et une échographie sont prescrites afin de vérifier l'état de l'utérus et d'estimer l'âge gestationnel.
    • Si le médecin consulté refuse de pratiquer l'avortement, il est tenu d'orienter la patiente vers un autre médecin ou une structure pouvant la prendre en charge.
  • Pour une personne mineure, un entretien obligatoire avec une conseillère ou une assistante sociale doit aussi avoir lieu, au minimum 48 h avant l'intervention, durant le délai de 7 jours entre les deux consultations.
  • Lors de la deuxième consultation, la femme confirme sa demande et l'IVG peut commencer. Lors de cet entretien, une méthode contraceptive sera systématiquement proposée.

Procédures des différentes méthodes d'avortement

Il existe deux méthodes pour réaliser une IVG :

Procédure de l'IVG médicamenteuse

L'IVG médicamenteuse peut être pratiquée en établissement de santé ou « en ville » :

  • Sans hospitalisation jusqu'à la 5e semaine de grossesse (7e semaine d'aménorrhée) :
    • Le médecin administre le mifépristone, puis le misoprostol 48 h plus tard.
    • Seul un médecin conventionné peut se procurer ces médicaments.
    • La consultation de contrôle doit avoir lieu entre 2 et 3 semaines après l'intervention.
  • Avec une hospitalisation de quelques heures jusqu'à la 7e semaine de grossesse (9e semaines d'aménorrhée) :
    • 48 h après la prise de mifépristone en consultation, la patiente revient dans l'établissement de soins pour y recevoir les comprimés de misoprostol.
    • Elle reste 3-4 heures sous surveillance médicale. Cette surveillance est un accompagnement réalisé en général par une infirmière, pour soulager les douleurs et répondre aux inquiétudes des patientes.
    • 60 % des femmes environ expulseront l'embryon au cours de cette période de surveillance, la constatation de l'œuf expulsé confirme le succès de l'avortement par voie médicamenteuse.
    • Dans le cas d'un rhésus sanguin négatif, l'administration de l'anti-D s'effectue en général au cours de cette période. On s'assure, avant la sortie de la patiente, qu'une contraception a bien été prescrite.
    • La consultation de contrôle doit avoir lieu entre 2 et 3 semaines après l'intervention.

L'IVG médicamenteuse coûte entre 233,24 € et 328,55 €. Toute la procédure (consultations, examens biologiques, échographies et acte en lui-même) est remboursée à 100 % par l'assurance maladie sur la base d'un tarif forfaitaire de 282,91 €.

Procédure de l'IVG chirurgicale

L'IVG chirurgicale ne peut être réalisée que dans un établissement de santé (hôpital, clinique, etc.) :

  • Elle peut être réalisée jusqu'à la 12e semaine de grossesse.
  • Après les consultations préalables, la patiente est hospitalisée pour une durée inférieure ou égale à 12 heures.
  • Elle est réalisée sous anesthésie locale ou générale après dilatation du col de l'utérus grâce à une prise de médicament.
  • L'œuf est aspiré grâce à une canule dont le calibre est adapté en fonction de l'avancée de la grossesse.
  • L'intervention dure une dizaine de minutes.
  • Une consultation de contrôle doit avoir lieu entre 2 et 3 semaines après l'intervention pour s'assurer de la réussite de celle-ci et l'absence de complication.

Une IVG chirurgicale coûte entre 463,25 € et 664,05 € en fonction de l'établissement où elle est réalisée. Toute la procédure est prise en charge à 100 % par l'assurance maladie.

Aussi dans la rubrique :

Interruptions de grossesse

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider