Pré-éclampsie

À jour en Avril 2018

Écrit par les experts Ooreka

 

Plusieurs raisons peuvent pousser les parents à envisager une interruption médicale de grossesse : une malformation du fœtus, une maladie maternelle, mais également la pré-éclampsie, très dangereuse pour la santé de la femme enceinte.

Pré-éclampsie : définition

La pré-éclampsie est une maladie fréquente chez les femmes enceintes :

  • Il s'agit d'une hypertension gravidique qui intervient au cours du 2e ou 3e trimestre.
  • Elle peut également se déclencher au terme de la grossesse, voire après l'accouchement.
  • Elle se manifeste par une augmentation de la pression artérielle (supérieure ou égale à 140 mmHg) et une augmentation des protéines dans les urines.

Depuis quelques années, on sait que la pré-éclampsie est une maladie due à un placenta dysfonctionnel qui pose des problèmes après 22 semaines d'aménorrhée : lorsque le développement du fœtus au niveau cérébral nécessite un afflux sanguin accru, le placenta dysfonctionnel permet à des débris du placenta et des cellules fœtales de « passer » dans le sang de la mère.

Facteurs de risques de la pré-éclampsie

Il existe plusieurs facteurs qui peuvent favoriser déclenchement de la pré-éclampsie au moment de la grossesse :

  • lors d'une première grossesse ;
  • quand une pré-éclampsie est déjà apparue au cours d'une grossesse précédente ;
  • en cas pré-éclampsie survenue chez la mère ou la grand-mère de la femme enceinte ;
  • à cause de l'obésité, et plus précisément d'un IMC (indice de masse corporelle) supérieur à 30 ;
  • dans le cas d'ovaires polykystiques (SOPK) ;
  • lorsque la future maman est porteuse d'une maladie auto-immune ;
  • suite à des grossesses multiples ;
  • quand la mère est âgée de moins de 18 ans ou de plus de 40 ans au moment de la grossesse.

Diagnostic de la pré-éclampsie

Les signes cliniques de la pré-éclampsie sont :

  • une pression systolique supérieure à 140 mmHg ;
  • une pression artérielle diastolique supérieure à 90 mmHg ;
  • la concentration de protéine dans les urines de la femme enceinte est supérieure à 300 mg/24h, soit 3 g/24h.

D'autres signes associés peuvent être révélateurs de la pré-éclampsie :

  • migraines très fortes ;
  • hypersensibilité visuelle ;
  • douleurs dans l'abdomen ;
  • arrêt pur et simple ou diminution des urines ;
  • prise de poids très brutale ;
  • œdème, etc.

Quels sont les risques de la pré-éclampsie pour la mère ?

La pré-éclampsie évolue très vite, il faut donc la prendre en charge rapidement. En effet, les risques pour la mère sont majeurs :

  • une hémorragie cérébrale qui peut entraîner le décès ;
  • une insuffisance rénale ;
  • un décollement placentaire et l'hémorragie associée, qui obligent à déclencher un accouchement précoce en urgence ;
  • le Hell syndrome, c'est-à-dire la destruction des globules rouge du foie (hémolyse), une inflammation hépatique et un risque élevé d'hémorragies.

Pré-éclampsie : complications

Les complications possibles de la pré-éclampsie sont notamment :

  • les convulsions provoquées par la pression artérielle à l'intérieur de la boîte crânienne ;
  • des problèmes hépatiques dus à l'anémie provoquée par la destruction des globules rouges avec des répercussions sur le fœtus dans le cas du Hellp syndrome ;
  • un hématome sous le foie ;
  • une insuffisance rénale aiguë ;
  • une hémorragie cérébrale ou cérébro-méningée, avec des séquelles neurologiques ;
  • l'infarctus du myocarde ou crise cardio-pulmonaire.

Dans tous les cas, la pré-éclampsie est dangereuse pour la mère et engage son pronostic vital.

Peut-on traiter la pré-éclampsie ?

Traiter la pré-éclampsie nécessite une hospitalisation avec un suivi de la patiente pour évaluer la gravité du syndrome de pré-éclampsie et prévoir une prise en charge du fœtus en cas d'accouchement d'urgence (césarienne, déclenchement de l'accouchement).

  • Si l'hypertension ne dépasse pas certaines limites fixées par l'équipe médicale, elle est prise en charge. Le fœtus est également surveillé pour mesurer les répercussions de la pré-éclampsie sur son développement (mesure de l'activité cardiaque, hauteur utérine, mouvements fœtaux, etc.).
  • Si l'hypertension artérielle est trop élevée, le pronostic vital de la femme enceinte est engagé, et le seul moyen de la protéger est de déclencher l'accouchement.

À noter : dans certains cas, la prise d'anti-hypertenseurs et de sulfate de magnésium permet de « contrôler » l'évolution de la pré-éclampsie.


Pour aller plus loin


Produits



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !