Centre IVG

À jour en Avril 2018

Écrit par les experts Ooreka

 

En France, il est possible de réaliser une IVG dans un cabinet dit « de ville », au sein d'un centre de planification et d'éducation familiale (uniquement pour l'IVG médicamenteuse) ou dans un établissement de santé privé ou public comme un centre d'orthogénie ou un centre IVG.

Bon à savoir : suite à la publication du décret n° 2016-743 du 2 juin 2016, une IVG médicamenteuse peut également être pratiquée par une sage-femme.

Qu'est-ce qu'un centre IVG ?

Les centres IVG sont des départements médicaux situés dans les centres hospitaliers. Ainsi, si vous décidez de réaliser une IVG dans un établissement de santé public, c'est un centre IVG ou un centre d'orthogénie qui vous prendra en charge.

Les centres IVG ont pour but :

  • de renseigner les femmes sur les différentes techniques d'interruption volontaire de grossesse, ainsi que leurs risques ;
  • d'orienter les femmes qui souhaitent connaître les alternatives à l'avortement ;
  • de réaliser les IVG ;
  • d'informer les femmes sur les méthodes contraceptives ;
  • d'accompagner les femmes avant, pendant et après l'IVG, notamment en réalisant l'entretien psychosocial (obligatoire pour les mineures, facultatif pour les majeures) ;
  • de prendre en charge les situations spécifiques comme l'avortement des mineures sans consentement parental, les IVG tardives, les femmes en situation de vulnérabilité matérielle et sociale.

Personnel médical dans les centres d'IVG

Il faut savoir que l'équipe médicale qui travaille au sein d'un centre IVG est pluridisciplinaire. Ainsi, on y trouve :

  • des gynécologues ;
  • des sages-femmes ;
  • des infirmières ;
  • des psychologues et des psychiatres ;
  • des assistantes sociales.

Centre IVG : quelques chiffres

  • Environ un quart des IVG sont réalisées dans des CHU.
  • Les trois quarts des IVG pratiquées en établissements de santé le sont dans des établissements publics.
  • Près d'un établissement sur trois réalise des IVG en convention avec des médecins libéraux installés en ville.
  • Les professionnels de santé qui pratiquent les IVG sont pour la majorité des gynécologues obstétriciens ou médicaux.
  • Certaines sages-femmes réalisent des IVG.
  • Si elles sont peu fréquentes, les IVG tardives peuvent être prises en charge par les établissements de santé et notamment par les centres IVG.

Les permanences d'information dans les centres IVG

Le gouvernement a mis en place un site internet dédié à l'IVG qui recense toutes les informations utiles aux femmes souhaitant obtenir des renseignements sur :

  • les méthodes d'IVG ;
  • leurs droits ;
  • les lieux où se pratiquent les IVG dans leur région, notamment les centres IVG.

Vous trouverez également tous les contacts nécessaires sur le site www.ivglesadresses.org

Bon à savoir : si vous ne parvenez pas à prendre rendez-vous ou que vous ne trouvez pas les informations nécessaires, n'hésitez pas à contacter le numéro d'information gratuit : 0 800 08 11 11.

Les centres d'information sur les droits des femmes

Le CIF et le CIDFF (centre d'information sur les droits des femmes et des familles) donnent tous les renseignements sur le droit des femmes à avorter :

À noter : le site officiel du CIDFF est www.infofemmes.com.

Un dossier-guide d'information est téléchargeable sur le site www.ivg.gouv.fr. Il aborde :

  • les principales dispositions légales ;
  • les démarches à entreprendre lors d'une IVG ;
  • la contraception après une IVG ;
  • des annexes, avec notamment les permanences téléphoniques régionales d'information concernant l'IVG et la contraception.

Édité par le ministère des Affaires sociales et de la Santé, il aborde toutes les questions qu'une femme peut se poser au sujet de l'IVG et de la contraception.


Pour aller plus loin


Produits



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !